RSM Poland
Languages

Languages

Conseil en transactions

Organisation du processus de due diligence: partie 4

13 février 2017
Krzysztof WOŹNIAK
En principe, un espace dit data room sert à communiquer à l’auditeur le dossier du vendeur. Il existe deux modalités pour communiquer les informations en vue réaliser le due diligence...

Conseil en transaction - Ange gardien de chaque investisseur

30 janvier 2017
Monika SKÓRKA
Mon objectif n’est pas de dresser une liste des avantages financiers du due diligence au moment de la négociation, car ce problème a déjà été traité dans l’article  « Due diligence - une étude qui vaut des millions » mais je souhaite indiquer le risque d’avoir trop de confiance en soi-même et en son infaillibilité.

Organisation du processus de due diligence: partie 3

27 janvier 2017
Krzysztof WOŹNIAK
La pratique veut que la première étape de due diligence soit de signer un accord de confidentialité, en anglais non-disclosure agreement (NDA).

Organisation du processus de due diligence: partie 2

16 novembre 2016
Krzysztof WOŹNIAK
Vu que le due diligence peut être réalisé dans des réalités économiques différenciées et que les parties impliquées n’ont pas forcément les mêmes besoins, l’analyse peut porter sur différents aspects de fonctionnement de l’investissement potentiel.

Organisation du processus de due diligence: partie 1

13 juillet 2016
Krzysztof WOŹNIAK
Des informations justes et réelles sont la condition de la prise de bonnes décisions d’investissement. Dans les transactions d’achat vente, il existe une réelle asymétrie d’information et le vendeur détient toujours un avantage d’information sur l’acheteur. Voulant minimiser le risque lié à un achat potentiel, les investisseurs ont élaboré un nombre de moyens dans l’objectif d’assurer leurs affaires. L’un des outils à appliquer avant la prise d’une décision définitive d’investissement est la due diligence. Et plus le risque d’investissement est grand, plus il faut la prendre en compte.

Chaque société peut-elle être reprise?

4 mars 2016
Bartosz MIŁASZEWSKI
À une certaine étape de la vie d’une entreprise, ses propriétaires réfléchissent à sa cession. Cela peut être dicté par une situation difficile du marché, par les synergies découlant de la fusion avec une autre entité, par l’âge des propriétaires ou leurs nouveaux projets d’avenir, de même que par de nombreux autres facteurs. Cependant, toute société ne se prête pas à une reprise. Plus exactement, toute société peut être proposée à la reprise, mais le prix n’est pas toujours attractif pour le vendeur. On entend souvent parler de la reprise d’une société « pour un zloty » et pas uniquement dans le cas d’une entreprise fortement endettée. Qu’est-ce qui fait que certaines sociétés changent de propriétaires dans de bonnes conditions, alors que personne ne souhaite reprendre les autres?

Planification des projets économiques, ou: que faire si l’on ne dispose ni d’une boule de cristal ni d’un chat noir?

13 juillet 2015
Dawid STOLAREK
La nécessité de prévoir l’avenir en permanence est liée à l’activité économique. C’est justement l’avenir et non la situation actuelle qui décide du succès de tout projet économique. C’est la capacité à prévoir la réalité du marché au sens large, au cours des prochaines années, qui décide si  les projets s’avéreront lucratifs et réussiront sur le marché. Quelle sera la croissance économique, le secteur qui nous intéresse affrontera-il une concurrence agressive, comment évolueront les goûts et les attitudes des consommateurs, quel sera l’environnement juridique dans lequel nous devront fonctionner? Les questions peuvent être multipliées sans fin. Que faut-il faire alors pour améliorer les prévisions économiques et augmenter ainsi les chances d’atteindre les objectifs d’un projet commercial?

Rôle du conseiller en transactions

29 juin 2015
Bartosz MIŁASZEWSKI
Depuis que je m’occupe du conseil en transactions, c.-à-d. depuis que je conseille mes Clients dans leurs transactions d’achat, de vente ou de fusion d’entreprises, je suis confronté à une question très difficile : quel est le rôle d’un conseiller en transactions ? Quel est mon rôle et quel est celui du conseiller de l’autre partie? Il est évident, lorsque le Client dit à RSM « vendez ma société » ou « je veux acheter cette société », que notre participation se limite alors à négocier le meilleur prix et à garantir les intérêts du Client dans les contrats, et tous nos actes sont guidés par l’impératif clair « je veux vendre » ou « je veux acheter ». L’impératif « je veux vendre/acheter » n’est cependant pas toujours siévident. On nous dit souvent « je peux » et non pas « je dois », « je voudrais » et non pas « je veux ».