RSM Poland
Languages

Languages

Autre pays, autres mœurs – le rôle de la culture dans les affaires

Joanna WILCZYŃSKA
Junior Accounting Manager RSM Poland

Il est extrêmement difficile de trouver un „langage commun” dans les relations d’affaires entre deux cultures différentes. Issus de pays différents, de cultures différentes, sans expérience commune, des gens habitant parfois juste de l’autre côté de la rivière Oder représentent des idéologies, des traditions ou  des systèmes religieux totalement différents.

Pourtant, la capacité de percevoir les différences culturelles décide très souvent du succès dans les affaires dans un milieu international. L’ignorance des différences culturelles de notre partenaire dans les affaires génère parfois des problèmes importants, et sous la pression des centaines de messages e-mail et des entretiens au téléphone, elle peut rendre notre interlocuteur perplexe, étonné, voir même exaspéré à cause de malentendus.

Certainement, la conscience des différences culturelles nous facilitera le travail dans le milieu international des affaires. En les prenant en compte, nous choisissons soigneusement le style de communication. En fonction de notre interlocuteur, la façon de  l’entretenir sera plus ouverte ou plus stricte. De façon analogue, nous essayons d’être souples en termes de ponctualité, d’organisation du travail, de planification, de privacité, vues parfois de manière différente. La règle fondamentale en relations d’affaires est celle de s’adapter au Client. Peu importe si la réunion avec notre Client est organisée dans son propre pays ou dans un milieu qui lui est complétement étranger, nous lui témoignons un respect extrême en nous adaptant aux règles qu’il respecte et aux principes auxquels il est fidèle. Il est donc opportun de consacrer du temps pour connaître la culture de notre Partenaire afin de créer dès le début un lien professionnel fort et sérieux. Pour un Allemand, par exemple, il est important de respecter les règles, comprendre la loi, remplir ses obligations, planifier à l’avance, tenir sa parole et être loyal. Travaillant de longue date avec nos voisins de l’ouest, nous savons qu’ils se servent aussi de ces mêmes catégories pour nous évaluer.

Le fait de penser à l’aide de stéréotypes est une erreur fréquente dans la coopération avec les représentants des autres cultures. En quelque sorte, les stéréotypes nous dispensent de l’effort intellectuel nécessaire pour faire connaissance avec une culture étrangère. C’est commode mais  ceci risque également de nous entraîner dans un étiquetage mesquin.

Il est aussi mauvais de présumer des ressemblances dans les contacts interculturels. Dans notre perception des autres, nous recherchons souvent le reflet de notre propre personnalité. Par exemple, nous acceptons le sens de l’économie, une excellente organisation du travail et la prospérité chez des Allemands, car nous souhaiterions nous-mêmes posséder ces qualités .

Mais nous sommes tous des individus – chacun de nous est exceptionnel et unique. En étant ouverts, prêts à comprendre et attentifs à notre interlocuteur assis à l’autre bout de la table, nous avons de fortes chances de tirer des conclusions utiles et des informations importantes.  Si nous y ajoutons notre savoir-faire sur la culture de notre interlocuteur, notre capacité d’être flexibles et ouverts à ce qui est étranger, nous pouvons nous ouvrir une porte pour obtenir du succès dans les affaires.