RSM Poland
Languages

Languages

Traité sur un travail bien accompli

Piotr BINDAS
commissaire aux comptes, Senior Audit Manager RSM Poland

Dans ce blog, nous avons déjà traité de la coopération avec un auditeur (http://www.rsmpoland.pl/fr/insights/blog/service-daudit-quelle-en-est-li...), et pourtant en regardant les comptes annuels communiqués au public, surtout ceux des sociétés cotées sur New Connect, nous avons l’impression que l’on n’en parle pas suffisamment. Je propose donc de feuilleter plusieurs comptes annuels tirés au sort, présentés par les émetteurs sur leurs sites Internet. Il ne s’agit pas d’évaluer l’activité économique de ces sociétés mais de voir la façon dont l’information sur les activités de cette société dans l’exercice est présentée dans ses comptes annuels. Selon nous, ceux-ci doivent constituer une information adressée par ses gérants à un organe de surveillance de la société, c’est-à-dire, à ses propriétaires (et oui, les associés / actionnaires d’une société comptent le plus car il s’agit en effet de leur bien). En regardant les comptes annuels des sociétés cotées sur New Connect, il y a souvent deux choses qui me piquent au vif comme lecteur étranger: le fait de ne pas communiquer toutes les informations exigées par la loi sur la comptabilité ainsi que la négligence générale par rapport à la présentation des comptes annuels, ce qui témoigne en fait de l’attitude des gérants de la société vis-à-vis de ce document.

Mes comptes annuels parlent pour moi-même

En qualité d’auditeur il m’arrive d’entendre: « ...Et encore ces notes ! », « A quoi bon tout cela ? » etc. Je réplique alors: « Puisque le législateur a défini les informations minimales nécessaires à présenter dans les comptes annuels, ceci veut dire qu’elles sont importantes et indispensables pour évaluer la situation financière de la société et ses activités de l’exercice ». Le respect de l’obligation d’information est surtout essentiel pour les actionnaires minoritaires, en particulier ceux qui investissent sur le marché New Connect. Vu que ce marché est réglementé d’une façon beaucoup moins stricte que la Bourse de Varsovie, le risque d’investissement y est alors plus important et par conséquent, le besoin d’accès à des informations complètes et transparentes devient plus fort. Une question à part constitue la négligence simple des comptes annuels établis. Il ne me semble pas que ma carrière scolaire soit si ancienne, mais on m’a toujours enseigné à l’école primaire: « mon cahier parle pour moi-même ». Aujourd’hui je dirais plutôt : « mes comptes annuels reflètent mon attitude vis-à-vis du lecteur ».

Des comptes annuels comme la couverture d’un livre

Nombreux sont malheureusement les auteurs d’un échec, tel que les comptes annuels incomplets et indolents. Tout d’abord, l’incompétence des personnes qui les établissent ou surtout leur inconscience vis-à-vis du fait que les comptes annuels ne sont pas établis pour n’importe qui mais pour un groupe précis de personnes (les actionnaires), et à des fins précises (évaluer du côté financier les activités sociales de l’exercice). Deuxièmement, les gérants qui approuvent et publient ensuite des comptes annuels peu solides. C’est d’autant plus frappant que l’on juge souvent « le livre sur sa couverture », et il n’existe rien de mieux pour servir de couverture pour un livre intitulé Entreprise que ses comptes annuels. Troisièmement, les actionnaires, car ils n’exercent pas une pression suffisante sur les gérants pour améliorer cette situation. Quatrièmement (et là, malheureusement, comme groupe de professionnels, nous devons battre notre coulpe d’auditeurs, les commissaires aux comptes. Si nous sommes loin de suggérer un manque de savoir-faire de la part des auditeurs, nous constatons parfois un manque d’imagination pour prévoir ce que deviennent les comptes annuels, une fois signés. Et là justement, la boucle est fermée pour aboutir à la constatation évoquée plus haut : en décidant de travailler avec un commissaire aux comptes, choisissons le meilleur (même s’il n’est pas souvent le moins cher). Un bon auditeur vous aidera non seulement avec son savoir-faire comptable ou fiscal, mais il vous permettra aussi d’éviter l’humiliation due à la publication négligente de comptes annuels.