RSM Poland
Languages

Languages

Entries from juin 2015

RSS

29 juin 2015
Bartosz MIŁASZEWSKI

Depuis que je m’occupe du conseil en transactions, c.-à-d. depuis que je conseille mes Clients dans leurs transactions d’achat, de vente ou de fusion d’entreprises, je suis confronté à une question très difficile : quel est le rôle d’un conseiller en transactions ? Quel est mon rôle et quel est celui du conseiller de l’autre partie? Il est évident, lorsque le Client dit à RSM « vendez ma société » ou « je veux acheter cette société », que notre participation se limite alors à négocier le meilleur prix et à garantir les intérêts du Client dans les contrats, et tous nos actes sont guidés par l’impératif clair « je veux vendre » ou « je veux acheter ». L’impératif « je veux vendre/acheter » n’est cependant pas toujours siévident. On nous dit souvent « je peux » et non pas « je dois », « je voudrais » et non pas « je veux ».

22 juin 2015
Tomasz BEGER

Comme cela arrive souvent lors des modifications concernant les impôts, c’est en toute discrétion et par la porte arrière qu’une modification importante concernant le moment de la prise en compte des effets d’une facture rectifiée dressée (ou reçue) dans le calcul de l’impôt sur les sociétés/sur le revenu a été mise en place. Pourquoi est-ce si important?

15 juin 2015
Marek TOMCZYK

La mise en place en Pologne des standards internationaux d’audit (ci-après : les ISA) donne une chance énorme d’augmenter la qualité des services d’audit, et par la-même la qualité des comptes eux-mêmes, dans l’intérêt de toutes les parties intéressées (conseils d’administrations, actionnaires/associés, investisseurs potentiels et commissaires aux comptes).

9 juin 2015
Piotr NOWATKOWSKI

Dans mon post d’aujourd’hui, je souhaite vous faire part de mes impressions suite à la rencontre avec les représentants de l’Association A+network à laquelle j’ai participé le 17 avril dernier à Bologne. La rencontre était consacrée à la Pologne et aux possibilités qu’elle offre aux investisseurs étrangers, en l’occurrence italiens.

1 juin 2015
Sylwia KOZŁOWSKA

Chaque entité liée se pose la question de savoir si cela vaut la peine de tenir une documentation fiscale, ou s’il vaut mieux espérer un coup de chance et l’absence de convocation de la part de l’administration ? Et si on doit l’élaborer, quand faut-il le faire – au cours de l’exercice fiscal ou après sa clôture?

Actuellement presque chaque contrôle en matière d’impôt sur le revenu implique une demande de présentation de la documentation relative aux prix de transfert. L’une des erreurs les plus souvent commises en cas de diminution des obligations fiscales supérieure à 1 000 PLN dans la période du 1.01.2013 au 1.07.2014 a été l’absence de la documentation[1]. Cette année également le contrôle de la documentation fiscale sera l’une des priorités des administrations fiscales (voir le Plan d’action national de l’administration fiscale pour l’année 2015).